« 40 regards landais », une perception authentique des Landes

A travers les témoignages récoltés par Julie Vivier et les photographies de Marie Afdjene

Livres, presse & édition
Sélection
Par Champs Libres Média – La rédaction
2 minutes de découverte
01 • 08 • 2022
Découvrir les Landes à travers les yeux de 40 personnalités, tel est le pari de la journaliste Julie Vivier et de la photographe Marie Afdjene. Avec leur livre “40 regards landais”, elles offrent une découverte sensible et incarnée d’un territoire qui mérite bien mieux qu’une traversée autoroutière.

Les Landaises d’adoption Julie Vivier et Marie Afdjene ont durant deux années rencontré quarante personnalités qui font les Landes aujourd’hui. Qu’ils soient natifs ou arrivés depuis peu, leurs quarante héroïnes et héros landais ont en partage un goût pour une certaine discrétion et un amour puissant pour ce territoire singulier. “Les Landes ont ce don-là : on en tombe amoureux, que l’on y soit né ou que l’on ait fait le choix de s’y enraciner”, expliquent les deux jeunes femmes, qui à travers l’édition du livre 40 regards landais souhaitent rendre un hommage au territoire qui les a si bien accueillies.

“Ce qui relie ces personnalités, c’est l’amour qu’ils portent aux Landes. Tous font quelque chose pour les Landes et ont à cœur de mettre en avant ce territoire” précise Julie Vivier. A commencer par les gens de culture puisque l’ouvrage compte de nombreux artistes et acteurs culturels : le dessinateur et auteur Marc Large à Lucbadez, l’emblématique François Garrain fondateur du festival Musicalarue de Luxey, la conteuse Isabelle Loubère à Sabres, l’ancien batteur de Noir Désir Denis Barthe à Sore, les gaveurs d’oie et musiciens du groupe The Inspector Cluzo à Eyres-Moncube, l’écrivain Marin Ledun à Azur…

Des paysages jamais uniformes

Si le béotien pense souvent que le département est constitué d’une uniforme et monotone forêt bordée par l’océan, l’ouvrage remet vite les pendules à l’heure ! Avec son découpage en quatre parties, 40 regards landais fait aussi bien la part belle aux gens de l’eau (côte atlantique mais aussi lacs) ; aux gens de la terre (Chalosse et Bas-Armagnac) ; aux gens de la forêt (Haute-Landes notamment), et enfin aux gens des villes. “On a souhaité couvrir tout le département mais beaucoup de nos rencontres se sont faites en milieu rural puisque les Landes sont typiquement un département rural où les gens sont très attachés à la terre”, précisent les deux auteures qui ont parcouru pas moins de 4000 kilomètres pour tous les rencontrer.

Le citadin que j’étais a pris la puissance de la nature en pleine gueule. […] Dès le lendemain, tronçonneuse en main, j’ai rejoint les villageois pour dégager les centaines d’arbres tombés au sol. La solidarité, dans les Landes, est une évidence.

Denis Barthe, évoquant le souvenir de sa première tempête après son déménagement dans les Landes

Confessions plus ou moins intimes

Dans le livre, chacune des personnalités rencontrées dispose d’une double page. On y trouve un portrait en noir et blanc réalisé par Marie Adjene aux réels talent de portraitiste. Un point sur une carte pour savoir d’où on parle. Et enfin un texte écrit par Julie Vivier qui se glisse dans la peau de ses invités pour des textes à la première personne : des confessions plus ou moins intimes de chacun sur son petit coin secret, sa querencia, son point d’ancrage. “Chacun parle du lieu dans lequel il nous a amenées et nous montre ses Landes à lui”.

Ainsi, Jean-Paul Kauffmann, journaliste et écrivain, ancien otage au Liban, aujourd’hui installé à Pissos raconte : “Pour moi, ce territoire était une grande zone blanche sur la carte. Et pourtant c’est ici que je me suis réparé. Grâce à cette maison, qui m’a choisi plus que je ne l’ai choisie […]. Les Landes m’ont offert la démesure de leurs paysages, la présence bienveillante de la forêt, un silence riche de vie, l’espace infini comme une page blanche”. Ou encore la plasticienne Lydie Arickx installée à Angresse : “Les Landes sont un territoire secret, difficile à apprivoiser, tout comme les hommes qui vivent ici : réservés au premier abord, ils savent tisser des liens profonds et durables.”

Tisser des liens durables et profonds, c’est ce que réussissent les deux jeunes femmes en offrant 40 regards différents. En tendant des fils entre eux, elle dessine un portrait kaléidoscopique, sensible et sincère d’un territoire par les gens qui l’incarnent. A l’heure des replis sur soi, c’est aussi un livre qui fait du bien.

40 regards landais

De Julie Vivier et Marie Afdjene

Éditions Le Houlet, 2021, 100 pages

littératurePhotographie
Julie VivierMarie Afdjene
HagetmauLandes (40)Nouvelle-Aquitaine

Partagez-moi !

Vous aimerez aussi...

Portfolio
31 • 03 • 2018

Le photographe Jean-Luc Chapin arpente la forêt

“Forêt magique” rassemble ses motifs fétiches : l'eau, les empreintes et quelques natures mortes

Landes (40)
Par Champs Libres – Le magazine TV
Arts plastiques & arts visuels
Installé depuis plusieurs années en Gironde, forcément tout près d’une rivière, Jean-Luc Chapin a beaucoup photographié les Landes, peut-être parce que l’eau y est...
1 minute de découverte
Reportage
06 • 07 • 2021

Exuvie : ciné-spectacle

La contemplation du vivant en pleine mue

Deux-Sèvres (79)
Par Champs Libres Média – La rédaction
Spectacles, musiques & festivals
Le photographe et cinéaste Laurent Touzeau se fond dans les bordures de la Sèvre nantaise, pour en observer sa biodiversité et ses espèces. C'est...
3 minutes de découverte
Reportage
30 • 03 • 2022

Une visite de la maison de François Mauriac

Rénovée, "Malagar" est de nouveau ouverte au public

Gironde (33)
Vu sur Jusque tard dans la nuit
Livres, presse & édition
Après deux années de fermeture pour travaux de rénovation, Malagar, la maison de François Mauriac à Saint-Maixant (Gironde) a rouvert au public. La visite guidée offre...
3 minutes de découverte