La série photo « Cher Félix » de Anne-Cécile Paredes

Un hommage facétieux au grand photographe landais Félix Arnaudin

Arts plastiques & arts visuels
Reportage
Par Champs Libres Multimédia – Sonia Moumen
2 minutes de découverte
10 • 10 • 2022
Présenté comme un récit et une fiction photographique, “Cher Félix” est à la fois une longue lettre à l’illustre photographe et ethnologue Félix Arnaudin et une série photographique inspirée de son travail. Les deux ont été imaginées par l’artiste Anne-Cécile Paredes à la faveur d’une résidence d’artiste de plusieurs semaines à la Maison de la photographie des Landes à Labouheyre.

“Cher Félix”… C’est ainsi que débute la lettre d’Anne-Cécile Paredes adressée au grand photographe de Labouheyre, Félix Arnaudin, qui au XIX° siècle, inlassablement, photographia la transformation des vastes espaces de la Haute Landes en forêts de pin.

C’est à la faveur d’une résidence de création à la Maison de la photographie des Landes qu’Anne-Cécile Paredes est interpellée par la figure de celui qui aima passionnément les Landes. “Ici, tout le monde parle de lui comme d’un vieil ami. J’ai décidé de lui écrire une lettre et de lui raconter les Landes d’aujourd’hui, à sa manière, en créant des fictions photographiques”, explique la jeune femme.

“Félix, si tu le permets, nous allons nous aussi nourrir les archives et jouer avec les changements. Peut-être que cela t'amusera de découvrir comment les lieux et les gens qui les habitent ont changé ? Cela reste toujours un point-de-vue, celui qui met en scène, qui recompose, qui s'amuse.”

Extrait de la lettre d’Anne-Cécile Paredes à Félix Arnaudin.

Les brodeuses (c) Anne-Cécile Paredes - Cher Félix, 2022

Elle rencontre les communautés étrangères, tahitienne, équatorienne, hmong, qui vivent ici et les met en scène dans des paysages que lui inspirent les photographies de Félix Arnaudin : les lagunes bien sûr et puis les petits, les moyens et les grands pins. Une manière de lui dire : “Oui, les Landes de ton enfance sont perdues, il y a des pins partout, mais aussi de nouvelles populations”.

“Je me suis dit que nous allions créer notre propre autofiction, que nous allions, nous aussi, nous faire une place dans les archives et que les gens croiront, dans 200 ans, qu’ici il n’y avait que des hmongs”. 



De l’humour et de la dérision, l’artiste n’en manque pas, notamment avec ce qu’elle appelle ses “blagues” : Il y a par exemple la mise en scène des Brodeuses, en clin d’oeil aux Fileuses du grand Félix, ou encore ces enfants sur des échasses à Marquèze. 

Sans oublier la tombe de Félix Arnaudin : Elle l’a photographiée et a écrit ces derniers mots “et maintenant, tu y es !” De l’irrévérence peut-être mais Félix Arnaudin, un siècle après sa disparition, reste bien vivant !

Photographie
Anne-Cécile ParedesMaison de la photographie des Landes
LabouheyreLandes (40)Nouvelle-Aquitaine

Partagez-moi !

Vous aimerez aussi...

Portfolio
30 • 05 • 2022

Olivier Deck photographie les Landes

Un voyage spirituel entre forêt, lac et océan

Landes (40)
Par Champs Libres – Le magazine TV
Arts plastiques & arts visuels
Avec « 20 vues des Landes », le photographe Olivier Deck propose un regard singulier, tout en noir et blanc, des paysages forestiers, lacustres...
2 minutes de découverte
Portfolio
05 • 08 • 2022

Maxime Michelet photographie la rudesse du Sud-Ouest

Une exploration du mythe de la masculinité

Lot-et-Garonne (47)
Par Champs Libres – Le magazine TV
Arts plastiques & arts visuels
Dans ce reportage de Champs Libres, l’univers du photographe Maxime Michelet. Maxime Michelet connaît bien la région Sud-Ouest. Né en Lot-et-Garonne, il a...
2 minutes de découverte
Portfolio
31 • 03 • 2018

Le photographe Jean-Luc Chapin arpente la forêt

“Forêt magique” rassemble ses motifs fétiches : l'eau, les empreintes et quelques natures mortes

Landes (40)
Par Champs Libres – Le magazine TV
Arts plastiques & arts visuels
Installé depuis plusieurs années en Gironde, forcément tout près d’une rivière, Jean-Luc Chapin a beaucoup photographié les Landes, peut-être parce que l’eau y est...
1 minute de découverte