Le réseau national Campagne Première est créé

Les arts investissent les campagnes avec la déclaration de Meisenthal

Politique & société
Reportage
Par Champs Libres Média – Florence Bobillon
2 minutes de découverte
13 • 03 • 2023
A l’occasion des journées professionnelles « Art, design et innovation en milieu rural », organisées en septembre 2022 par la Haute école des arts du Rhin et l’Ecole des Arts Décoratifs, est né un réseau tout entier tourné sur la ruralité et les solutions innovantes qui y naissent : le réseau Campagne Première. Son objet ? Former des architectes, designers, artistes et chercheurs afin de les aider à repenser nos manières de vivre et d’habiter le monde rural, et expérimenter de nouvelles méthodes de pensées.

« Nous savons déjà ce qui nous rassemble : que la campagne impose un topos et un tempo qui déterminent d’autres rythmes, que le temps est venu de désurbaniser la pensée et de faire sol commun, qu’il faut rendre visibles les invisibles, qu’il n’y a pas d’art plus urgent que de vivre et d’habiter ensemble. » Cette phrase est la conclusion de la déclaration qui a rassemblé à Meisenthal, en septembre 2022, une centaine d’acteurs du monde des arts et de la culture, de l’enseignement artistique et de l’environnement.

Soutenue par le ministère de la Culture, l’Office français de la biodiversité et l’association ARToPIE, elle est le préambule à la création du réseau Campagne Première, réseau de designers tournés vers la ruralité. Si les campagnes étaient il y a encore peu de temps des territoires éloignés et oubliés, elles prennent aujourd’hui leur place dans nos vies. Arts compris.

Cette démarche n’est pas sans rappeler le passionnant Design des mondes ruraux, un programme de l’École des Arts Décoratifs de Paris délocalisé à Nontron, en Dordogne, dédié au développement des territoires ruraux par le design et fonctionnant selon un principe de réponse à des problématiques situées, en relation étroite avec les acteurs de terrain.

Un dynamique écologique globale

Un sujet dans l’air du temps, donc, dont les politiques se sont saisies. Ce regain d’intérêt des politiques publiques est « une bonne nouvelle » pour les signataires de la déclaration. « À condition toutefois qu’il s’inscrive dans une dynamique écologique globale, c’est-à-dire consciente des relations de solidarité qui nous lient à l’ensemble du vivant et soucieuse de l’habitabilité des milieux, tant urbains que ruraux « , préviennent-ils. Ce sera l’objet des actions du réseau Campagne Première dont les bases ont été posées dans la déclaration de Meisenthal : mettre en oeuvre de nouvelles méthodes de pensées et de travail fondées sur la coopération, le service publique, le respect de l’environnement et l’implication des habitants.

Les habitants, agriculteurs, artisans, entrepreneurs, acteurs publiques, artistes, designers, architectes, ... contribuent à favoriser l'indispensable concertation publique.

Faire sol commun

Workshops, résidences, formations : tout espace de discussion et de travail favorisant les échanges avec les artistes, les designers et les architectes est privilégié. Ce temps de concertation et d’expérimentation – trop souvent mis en place à la va-vite et relégué au rang de formalité – est indispensable pour faire émerger des alternatives sobres et éthiques intégrant le sensible. Ainsi, le réseau Campagne Première encourage une nouvelle façon de « faire » l’espace public dans les campagnes en tenant compte des femmes et des hommes qui l’habitent comme de leur environnement. Nouveau topos, nouveau tempo.

Si la déclaration de Meisenthal définit les principes du réseau Campagne Première, elle rappelle aussi certaines valeurs fondamentales. La justesse est de celles-ci, placée avant la réussite. Assurément, il y a du changement dans la manière dont la ruralité est prise en compte depuis le mouvement des gilets jaunes et la tendance à l’exode urbain qui pointe depuis la crise sanitaire. Sensible et respectueuse, la campagne de demain ?

 

Crédit photographique : Suzanne Husky, Ariège against the Machine, 2009

Essai et témoignage
Design des mondes ruraux

Partagez-moi !

Vous aimerez aussi...

Reportage
08 • 11 • 2021

« Charentes(s), mes patries minuscules » de Jean-Claude Guillebaud

Un livre sur les territoires intimes et professionnels du journaliste

Charente (16)
Par Le Mag de Sud Ouest
Livres, presse & édition
Dans cet ouvrage en deux parties, le journaliste et écrivain Jean-Claude Guillebaud rend hommage à sa (petite) patrie charentaise et propose un témoignage rare...
2 minutes de découverte
Rencontre
30 • 01 • 2023

Jean-Yves Pineau : le localo impertinent

Le créateur des Localos explique son développement local

Haute-Vienne (87)
Vu sur Laisse béton – podcast
Politique & société
De quoi parle-t-on quand on parle de développement local ? Jean-Yves Pineau, créateur de l'association Les Localos, en donne sa définition à Amélie Dagues,...
47 minutes de découverte
Sélection
27 • 10 • 2023

Étude : Enjeux et pratiques de l’Éducation Artistique et Culturelle en ruralité

Éclairages sur des démarches de création partagée

France
Politique & société
La résidence La chambre d'eau, avec le soutien de la DRAC Hauts-de-France, se penche sur les enjeux et pratiques de l'éducation artistique et culturelle...
40 minutes de découverte