La maison de retraite Lou Camin ne s’interdit rien

Concours littéraire et musique au programme !

Spectacles, musiques & festivalsTiers-lieux, résidences & cafés culturels
Reportage
Par Le Mag de Sud Ouest
2 minutes de découverte
20 • 12 • 2018
A Parentis-en-Born, la maison de retraite Lou Camin fait un tabac en publiant sur Facebook un clip désopilant réalisé avec les résidents et des artistes. Reportage dans un Ehpad pas comme les autres.

Ils sont nonagénaires. Ils n’ont plus toutes leurs dents ni toute leur tête, et plus trop de cheveux. Quant à la vue, ma pauv’ dame…

A Parentis-en-Born , cela n’empêche pas les 70 résidents de l’Ehpad Lou Camin (le chemin en gascon) de souffler dans des trompettes, de danser sur du rap, de faire de la voile ou de jouer au tennis. Et même de faire le buzz sur Facebook, avec un clip désopilant, sur le titre de la chanson de Nino Ferrer « Je vends des robes ».

À l’image, Arlette, Jacques, Bernard et les copains chantent en play-back et, malgré leurs corps cabossés, se trémoussent en rythme, canne à la main, jouent de l’harmonica, de la basse ou de la batterie au côté de Denis Barthe (1). Une vidéo énergique et pleine de vie, au milieu de laquelle se glisse même la trombine du chanteur Cali ! Résultat, plus de 37 000 vues ce mercredi. Un véritable satisfecit. Et pour cause : les retraités landais envoient valser l’image de la vieillesse et des maisons de retraite. Décoiffant !

« C’était le but : changer le regard », sourit l’animateur Gilles Raoul. Message reçu. Au diable les charentaises fourrées et les pots de chambre, la vieillesse est peut-être un naufrage, mais ne sommes-nous pas tous embarqués dans le même bateau ? Alors autant que le voyage soit gai !

action culturelle
Gilles Raoul
Landes (40)Nouvelle-AquitaineParentis-en-Born

Partagez-moi !